La fréquence des impulsions dans la thérapie antalgique (TENS)

La fréquence de stimulation aurait elle aussi un rôle important du point de vue de l’efficacité, mais il existe aujourd’hui encore de grandes discordances d’idées à ce propos: les fréquences BASSES (aux environs de 10 Hz) produiraient une action antalgique plus tardive et moins intense, mais plus durable, tandis que les fréquences supérieures à 50 Hz procureraient une analgésie plus rapide, mais de courte durée.

Certains auteurs proposent également une stimulation « ciblée » sur les points d’acupuncture chinois, à des fréquences très basses (de 1 à 3 Hz), largeur d’impulsion considérable (200 μs) et une intensité qui dépasse nettement le seuil de stimulation motrice.

Les courants variables exercent une forte action stimulante sur les terminaisons sensitives au niveau cutané qui est perçu comme une vibration ou un picotement et qui, en augmentant l’intensité, se transforme rapidement en une sensation douloureuse de brûlure ou de piqûre.

Les caractéristiques de la perception cutanée dépendent également de l’intensité du courant et de la fréquence des impulsions.

La sensibilité est maximale pour les fréquences comprises entre 30 et 60 Hz et diminue progressivement aux fréquences plus élevées jusqu’au point de disparaître pour les fréquences au-dessus de 10 kHz. Pour un usage correct des techniques d’ELECTROSTIMULATION, il est opportun de rappeler, indépendamment de la forme d’onde caractéristique du courant utilisé, l’intensité de stimulation doit être REGLEE et MAINTENUE POUR TOUTE LA DUREE DU TRAITEMENT JUSTE AU-DESSOUS DU SEUIL DE LA DOULEUR.

Il est important de NE PAS PROCURER D’EFFETS DESAGREABLES au patient, qui en tirerait une profonde DEMOTIVATION pour les traitements à venir. Il est en outre utile de s’assurer que la stimulation est OPTIMALE à chaque instant, c’est-à-dire qu’elle est toujours la maximum possible.

Leave a reply